Après son premier CD qui a -ne nous privons pas de le répéter!- reçu un bel écho, les ânes rient de Marie ont eu envie de se lancer dans une nouvelle aventure musicale: Mêler le son de ses cuivres à la douceur, à la chaleur d'une voix et, en même temps, sans trop s'éloigner du klezmer, explorer de nouvelles facettes des répertoires yiddish, judéo-espagnol et tsigane.

Ce fut donc la rencontre entre une bande de joyeux drilles et une voix! Mais quelle voix! A la fois douce et puissante, toujours envoûtante. Yael Miller était la chanteuse rêvée pour cette rencontre.

 

D’abord par la beauté de sa voix et sa présence scénique… mais aussi par son expérience dans des styles très divers et sa faculté de chanter avec aisance dans différentes langues. Elle n'a pas hésité longtemps!

Le projet se concrétise, les titres se suivent et se ressemblent… ou pas! Des traditionnels (Si veriash a la rana, La comida la manyana, Fel shara…), des compositions plus récentes (Ederlezi, Ken moyre far…) ou originales (Je voudrais)… avec des arrangements "maison" signés Joël Musy…

Tous les ingrédients sont rassemblés… il ne vous reste plus qu'à vous laisser porter au loin par la magie des ânes rient de Marie et de Yael

Yael Miller

Les ânes rient de Marie et Yael Miller

Les ânes rient de Marie rencontrent Yael Miller

Yael Miller est née en 1983 en Israël où elle étudie le chant, le piano et le trombone au conservatoire Yigal Alon de Ramat Ha’Sharon, une petite ville à côté de Tel-Aviv.

 

Depuis l’âge de quinze ans, Yael compose et se produit avec ses propres projets. À vingt ans, son envie d’approfondir la musique, mêlée à son instinct nomade, la mène successivement à New York, en France puis à Genève, où elle s’installe en 2006. Depuis, elle collabore avec des musiciens sur des projets jazz, klezmer et latino, ainsi qu’avec des rappeurs et des slameurs. Yael, en juste alchimiste puise dans toutes ses inspirations: sonorités orientales, expérimentales, funk, rock, jazz et indiennes, afin d’élaborer sa propre toile musicale.